Entretien avec Richard Vivier, Directeur des finances et du budget au Siredom.


 

 

 

Depuis le 1er octobre un nouveau Directeur des finances et du budget a rejoint le Siredom. Richard Vivier a accepté de nous en dire plus sur son parcours et les missions qui lui ont été confiées.

Quel a été votre parcours avant d’intégrer le Siredom ?  

Je suis fonctionnaire territorial depuis 1980. J’ai principalement travaillé au service de communes. Arrivé en Ile-de-France en 1987, j’ai fait un passage à la Mairie d’Ablon dans le Val-de-Marne. J’ai ensuite travaillé pour la Mairie de Dourdan en 1995, puis au  Sictom du Hurepoix à Breuillet de 2005 à 2008. En 2008 j’ai intégré la communauté de communes du Dourdannais en Hurepoix où je suis resté plus de 10 ans. Enfin j’ai souhaité, suite à une réorganisation de services, aller vers un autre challenge à un poste de Directeur financier au Siredom. Durant mon parcours professionnel, j’ai été à des postes de direction générale et de direction financière. J’ai une formation initiale de comptable, c’est mon domaine.

 

J’ai choisi le Siredom car le domaine de la gestion des déchets m’intéresse et que je le connais, ayant travaillé au Sictom du Hurepoix. Je suis venu pour apporter mes compétences, mon savoir-faire dans un contexte un peu complexe du fait du nombre de collectivités adhérentes au Siredom, près de 180 communes, des différents types d’Etablissement Public de Coopération Intercommunale qui le compose.

 

Je suis à quelques années de la retraite, mais j’ai souhaité relever ce challenge pour finir une carrière dans un syndicat qui est nouveau suite à la fusion (SIREDOM / SICTOM du Hurepoix), et qui a beaucoup d’ambition pour l’avenir de son territoire (Essonne et une partie de Seine et Marne).

Quelles missions vous ont été confiées

La gestion du service financier évidemment, avec pour objectifs de faire un point sur ce qui a été fait, de mettre en place les outils qui nous permettrons de suivre efficacement les évolutions des dépenses et des recettes, de suivre les relations financières que nous avons avec nos prestataires. Tout particulièrement avec Semardel qui s’occupe du traitement des déchets du Siredom et dont il est souhaitable que nos services se rapprochent. Il s’agit également de suivre les relations avec les institutionnels : Département, Région, Etat. De travailler à la recherche de subventions, et avec les organismes bancaires etc.

 

Installation de la turbine à contre pression au CITD de Vert-le-Grand/Echarcon pour la cogénération énergie-chaleur - septembre 2018

En 2018, il y a eut un niveau d’investissement important, avec notamment le réseau de chaleur qui va alimenter 25 000 logements de Grand Paris Sud. Cela nous oblige à assurer un suivi des financements et des dépenses rigoureux. Il y aussi le Plan Pluriannuel d’Investissement (PPI) que je souhaite plus étayé.

 

Ce qu’il faut remarquer, c’est qu’au niveau des effectifs, il y a eu un turn-over assez important au Siredom. Cela, ajouté à la fusion avec le Sictom nécessite d’affiner les process de gestion courante, de renforcer nos bases afin de travailler plus sereinement sur les perspectives et projets du Siredom. Et de mettre en adéquation les recettes.

 

Dans un monde où les usagers sont de plus en plus informés des problématiques de gestion des déchets, une des perspectives c’est notamment la nécessité d’améliorer le tri, la prévention dans l’objectif de réduire les coûts. Lever l’impôt n’est pas la seule solution. Cela peut passer par une sensibilisation des usagers, mais aussi par des améliorations techniques de traitement des déchets.

Quelles ambitions nourrissez-vous à ce nouveau poste ?                                                            

A titre personnel, ce nouveau poste me permet de travailler sur la prospective, les perspectives. Mon ambition est donc logiquement de réussir à renforcer le service financier pour l’avenir du Siredom.